Paris – Alors que les systèmes alimentaires représentent près du tiers des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique, la PAC est « économiquement dissuasive pour les transitions » vers des pratiques plus durables, selon cette étude de la revue scientifique Nature Food,

« Nous avons mis en évidence que la PAC soutient de manière disproportionnée les produits carnés au détriment des productions végétales », indique l’autrice principale de l’étude, Anniek Kortleve, de l’université néerlandaise de Leiden. 

Les subventions directes aux éleveurs représentent la moitié des aides — qui se sont élevées à 57 milliards d’euros en 2013 — finançant ainsi une agriculture hautement émettrice de gaz à effet de serre, selon les chercheurs. 

Le reste est en grande partie constitué de subventions en soutien à l’élevage, notamment à la production d’aliments. Les aides à l’élevage bovin passent ainsi de 71 centimes d’euro par kilo à 1,42 euro, en incluant l’aliment pour le bétail.

La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à AFP.