La formation des futurs combattants ukrainiens est assurée par les instructeurs français sur un camp polonais dont la localisation est tenue secrète.

« Il s’agit de former des soldats qui seront engagés sur la ligne de contact, sur le front, et seront potentiellement amenés à combattre, voire à mourir… C’est ça qui donne de la densité à cette mission », explique le colonel Antoine Laparra, le représentant français en Pologne.

La France n’a pas combattu dans des tranchées depuis la Première Guerre mondiale (1914-1918) ou la bataille de Diên Biên Phu en 1954. 

Mais « c’est la même mécanique qu’en combat en zone urbaine, la coordination des mouvements est la même. Nous avons un long savoir-faire et un bon entraînement en la matière en France », fait valoir l’officier.

Jeudi, dernier jour de formation, les soldats ont également mené une manœuvre interarmes à balles réelles pour tester tous les savoir-faire acquis. 

La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à AFP.