Donald Trump, ancien président américain et candidat républicain probable à l’élection de novembre, a déclaré lors d’un événement de campagne qu’il « encouragerait » la Russie « à faire tout ce qu’elle veut » envers les pays de l’OTAN qui ne dépensent pas suffisamment pour la défense.

Les commentaires de Trump sur l’alliance militaire dirigée par les États-Unis – impétueux même au regard de ses habitudes bien connues de dénigrement de l’OTAN – ont suscité l’inquiétude des alliés et une condamnation féroce de la Maison Blanche, le président américain Joe Biden condamnant ses propos comme étant « stupides » et « honteux ».

Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a averti que « toute suggestion selon laquelle les alliés ne se défendront pas mutuellement compromettrait notre sécurité dans son ensemble, y compris celle des États-Unis ». Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que « l’OTAN ne peut pas être une alliance militaire à la carte », ajoutant qu’elle existe ou n’existe pas.

La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, a déclaré que l’alliance « n’acceptera aucun acte qui pourrait impliquer une violation des droits minimaux inclus dans le droit international et dans la Charte des droits de l’ONU ».Les diplomates de plusieurs pays de l’OTAN insistent sur le fait que le maintien des États-Unis reste fondamental pour dissuader la menace russe. Mais ils restent optimistes quant à la portée réelle des menaces de Trump, affirmant que l’alliance est sortie indemne de son premier mandat.

« Augmentation sans précédent » des dépenses de défense, doutes sur la future aide américaine à l’Ukraine

Stoltenberg a déclaré mercredi que 18 des 31 pays de l’alliance devraient atteindre leur objectif de dépenses de défense cette année. Sous l’impulsion de l’invasion en règle de l’Ukraine par la Russie en 2022, l’année dernière a vu une « augmentation sans précédent » de 11 % des dépenses des membres européens et du Canada, a ajouté le chef de l’OTAN.

Dans l’ensemble, il a déclaré que les alliés européens et le Canada auront ajouté plus de 600 milliards de dollars à leurs dépenses de défense depuis qu’ils ont fixé l’objectif de 2 % du PIB il y a dix ans. Les États-Unis représentent toujours la grande majorité des dépenses combinées de défense des membres de l’OTAN.

« Nous ne devons laisser aucune place à des erreurs de calcul ou à des malentendus à Moscou quant à notre préparation et notre engagement, notre détermination à protéger nos alliés », a déclaré Stoltenberg.

Le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Mircea Geoană, a déclaré début février : « Nous continuerons à soutenir l’Ukraine. Ce n’est pas le moment de devenir pessimiste sur ce qui va se passer dans cette guerre qui entrera dans sa troisième année dans quelques jours. Nous avons les ressources et la volonté de faire réussir l’Ukraine. Il est très important que nous restions unis et continuions à soutenir ce pays, car son combat est notre combat, sa sécurité protège aussi notre sécurité. »

La guerre à grande échelle menée par Moscou contre l’Ukraine a servi de sonnette d’alarme pour les pays européens et a vu l’OTAN faire du chiffre de 2 % du PIB une exigence minimale plutôt qu’un objectif. Des acteurs clés tels que l’Allemagne ont augmenté leurs dépenses et devraient atteindre leur objectif cette année. L’Espagne vise un objectif de 2 % d’ici 2029.

La ministre espagnole de la Défense Margarita Robles a déclaré que le gouvernement faisait un « effort extrêmement important » en termes d’investissement dans la défense, ajoutant que le budget 2023 représentait « une très forte augmentation » par rapport à l’année précédente.

Célébrant cette année son 20e anniversaire d’adhésion à l’OTAN, les dépenses de défense de la Slovénie devraient atteindre 1,31 % de son PIB. Le pays prévoit d’augmenter ses dépenses de défense à 2 % d’ici 2030. La modernisation des forces armées slovènes s’est accélérée ces dernières années, mais les plans d’investissement ont été impactés par les inondations catastrophiques de l’année dernière.

Jeudi, Stoltenberg a déclaré qu’il se félicitait de l’augmentation des investissements dans la défense par les alliés européens, mais qu’il considérait également qu’il ne s’agissait pas d’une alternative à l’OTAN mais d’un moyen de la renforcer. Il a souligné que la force résidait dans la présence commune de l’Europe et de l’Amérique du Nord au sein de l’OTAN.

Même si l’accent est mis sur les dépenses de défense de l’OTAN, la question urgente du soutien à l’Ukraine a également été abordée lors de la réunion de mercredi.

La veille, le Sénat américain avait approuvé un financement longtemps retardé de l’effort de guerre de l’Ukraine, mais le plan semble sur le point d’être rejeté par la chambre basse dirigée par les Républicains. Les doutes sur l’avenir de l’aide américaine surviennent alors que l’Ukraine affirme que ses forces sont sous-équipées face à la lente avancée russe le long de la ligne de front.

A neuf mois de l’élection présidentielle de novembre lors de laquelle Joe Biden briguera un second mandat, le secrétaire d’État américain Antony Blinken participe à la conférence de Munich sur la sécurité aux côtés de la vice-présidente Kamala Harris. Il fait face à une tâche ardue pour apaiser les doutes sur le leadership américain. La conférence qui débute vendredi rassemble chaque année les élites mondiales des décideurs en matière de politique de défense et est considérée comme un baromètre des relations transatlantiques.

« Il est très clair pour moi partout où je vais, et quand je parle aux gens, que ceux qui regardent les Etats-Unis semblent très nerveux », a déclaré Comfort Ero, directrice du groupe de réflexion International Crisis Group.« Je pense que les États-Unis sont toujours considérés comme un acteur influent – ​​tant positivement que négativement – ​​au niveau international. Mais je pense qu’il y a de plus en plus d’alarmisme, d’inquiétudes, de malaise, face à l’incertitude, à l’imprévisibilité, juste à la polarisation, à la division », a-t-elle déclaré.

Appels à une position européenne plus forte au sein de l’OTAN

 Lundi, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a déclaré qu’il fallait faire davantage en termes de dépenses de défense de chaque pays, mais que l’Europe enverrait un « message clair, quel que soit celui qui dirigera la prochaine administration américaine », que l’UE est « suffisamment forte pour être capable de se défendre ».« Le plus grand atout de l’Occident contre Poutine est notre unité.

« La dernière chose que nous devrions faire est de jeter cela aux oubliettes », a dit le Premier ministre belge Alexander De Croo en réaction aux commentaires de Trump. Cependant, De Croo a reconnu que l’Europe a la responsabilité de prendre sa sécurité en main. « Dans les années à venir, nous devons construire un pilier européen plus solide au sein de l’OTAN. »

Alors que la Belgique fait partie de ceux qui ont le pire bilan en matière de dépenses de défense depuis des années, De Croo insiste sur le fait que cette tendance s’est inversée. « Année après année, la Belgique dépense désormais plus d’argent pour la défense », a déclaré le Premier ministre. « Mais nous devons également examiner la manière dont ces dépenses sont réalisées, afin de garantir que notre propre industrie, en Belgique et en Europe, puisse également se développer. »

Fin janvier, le ministre bulgare de la Défense, Todor Tagarev, a souligné que « la stratégie industrielle européenne de défense devrait définir des moyens efficaces pour surmonter la dépendance de l’UE à l’égard des matières premières, de l’énergie et des technologies sensibles, ainsi qu’introduire des mesures et des instruments pour accroître la production de produits de défense, promouvoir l’innovation et la compétitivité du secteur de la défense.

Le président français Emmanuel Macron (à droite) reçoit Donald Tusk, Premier ministre polonais, à l’Elysée. Tusk s’est rendu à Paris et à Berlin pour tenter de rétablir d’importantes alliances au niveau diplomatique. Photo : Aurélien Morissard/AP/dpa

France-Allemagne-Pologne : La relance du triangle de Weimar – un « nouvel élan » pour l’UE

Plus tôt cette semaine, le nouveau Premier ministre polonais Donald Tusk a rendu visite au chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin et au président français Emmanuel Macron à Paris pour coordonner la coopération en matière de politique étrangère entre les trois pays et intensifier la coopération en matière de sécurité en Europe.

Scholz a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe que l’Allemagne et la Pologne travaillaient ensemble, que la solidarité et l’action commune sont indispensables. « Surtout à une époque où l’impérialisme russe menace notre sécurité commune en Europe. C’est pourquoi nous nous défendons les uns les autres au sein de l’UE et de l’OTAN », a dit le chancelier allemand.

Tusk a souligné que l’UE était supérieure à la Russie en termes économiques et financiers. « Ce n’est certainement pas le manque d’argent qui décidera du sort de cette guerre, de cette confrontation entre la Russie et l’Ukraine. » Cependant, a-t-il ajouté, une plus grande détermination est nécessaire pour utiliser les richesses européennes à des fins de sécurité et de défense.

A Paris, Macron a salué Tusk et son gouvernement comme des « partenaires de confiance, pro-européens » et « clairs sur la sécurité européenne ». Il a également réitéré ses appels au renforcement de l’industrie européenne de la défense.

« C’est ce qui permettra aussi de faire de l’Europe une puissance de sécurité et de défense complémentaire de l’OTAN, pilier européen de l’alliance atlantique », a-t-il déclaré. En janvier, le président français a appelé les pays européens à se préparer à soutenir l’Ukraine au cas où Washington déciderait de mettre un terme à son aide.

Par ailleurs, le nouveau ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a reçu ses homologues allemande Annalena Baerbock et polonais Radosław Sikorski dans la région parisienne.  La réunion, qui s’est tenue dans le format dit du Triangle de Weimar, a porté sur l’approfondissement de la politique étrangère et de la coopération en matière de sécurité.

Le format est une alliance que les trois nations ont créée en 1991 afin de travailler ensemble sur les questions européennes. Scholz a salué le partenariat renouvelé du trio comme étant « très important pour nous tous », appelant à un « nouvel élan » derrière le Triangle de Weimar pour donner une « nouvelle impulsion » à l’Union européenne.

L’Europe a besoin d’une autre politique « d’assurance-vie » en plus de l’OTAN, a déclaré Séjourné, pour donner suite aux propos de Trump. « Oui, nous avons besoin d’une seconde assurance vie, non pas en substitution ou contre l’OTAN mais en complément » de l’alliance, a-t-il déclaré. Séjourné a insisté sur la nécessité de s’appuyer sur l’élément européen de l’OTAN et de construire sa propre industrie de défense et « d’acheter des produits européens dans le cadre de nos industries de défense et de se préparer en cas de conflit ».

« Nous devons veiller à la sécurité des Ukrainiens, et cela signifie veiller à notre sécurité, et oui, je pense que nous avons besoin d’une union de la défense et de la sécurité, avec des achats communs et une mise en commun de nos forces », a ajouté Annalena Baerbock.

Cet article est publié chaque semaine. Le contenu est basé sur les informations des agences participant à l’ENR.