Bruxelles – La Commission européenne « suit très attentivement la situation » et consulte les Etats membres, a indiqué vendredi son porte-parole, Eric Mamer. « C’est une question délicate », a-t-il reconnu.

L’exécutif européen n’a pas donné de chiffre sur l’ampleur des arrivées de Russes dans l’UE à la suite de l’ordre de « mobilisation partielle » annoncé mercredi par Vladimir Poutine. 

A la frontière finlandaise, le nombre d’entrées de citoyens russes a doublé depuis cette annonce (6.470 jeudi contre 3.100 en début de semaine) mais reste à un niveau limité, selon les garde-frontières. 

Si la gestion des frontières nationales est une compétence des Etats membres, le droit européen garantit un accès au droit d’asile. Mais l’obtention d’une protection n’est pas automatique, elle fait l’objet d’un examen au cas par cas, rappelle la Commission, soulignant que la situation est « sans précédent » et les « risques en matière de sécurité » doivent aussi être pris en compte.

Un danger auquel sont particulièrement sensibles les pays frontaliers de la Russie. Les Etats baltes et la Pologne avaient déjà restreint l’entrée des citoyens russes sur leur sol de façon plus drastique qu’ailleurs dans l’UE. (23 septembre 2022)

L’Italie plonge dans l’inconnu après la victoire de Giorgia Meloni

Rome – Une période d’incertitude s’ouvrait lundi en Italie et dans l’Union européenne au lendemain de la victoire aux législatives de Giorgia Meloni, aux commandes d’une coalition droite/extrême droite qui devra affronter des défis considérables.

La cheffe du parti d’extrême droite italien « Fratelli d’Italia » (Frères d’Italie), Giorgia Meloni réagit en tenant une pancarte indiquant « Merci l’Italie » après avoir prononcé un discours au siège de campagne de son parti dans la nuit du 26 septembre 2022 à Rome. (Photo Andreas SOLARO / AFP)

Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d’Italia (post-fasciste) avec ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont tenter dans les prochains jours de former un gouvernement.

Lors de sa première déclaration après le vote, Giorgia Meloni a tenu à rassurer, tant en Italie qu’à l’étranger où la Première ministre française Elisabeth Borne a prévenu que la France serait « attentive » au « respect » des droits de l’homme et de l’avortement. Manifestant plus d’inquiétude, le ministre espagnol des Affaires étrangères a dit que « les populismes finissent toujours en catastrophe », car « leur réponse est toujours la même : fermons-nous sur nous-mêmes et revenons au passé ». (26 septembre 2022)

Italie : Salvini exige des excuses ou la démission de von der Leyen

Rome – Le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a exigé vendredi « des excuses ou la démission » d’Ursula von der Leyen qui a évoqué « les instruments » à la disposition de Bruxelles pour sanctionner d’éventuelles atteintes aux principes démocratiques de l’UE en cas de victoire des ultra-conservateurs aux législatives en Italie.

« Si les choses vont dans une direction difficile, j’ai parlé de la Hongrie et de la Pologne, nous avons des instruments », a mis en garde la présidente de la Commission européenne en réponse à une question sur les élections de dimanche en Italie, lors d’une visite jeudi soir à l’université américaine de Princeton. « Mon approche est que quel que soit le gouvernement élu démocratiquement, nous travaillons ensemble », a-t-elle toutefois souligné.

« C’est quoi, une menace ? Arrogance honteuse. Respectez le vote, libre, démocratique et souverain du peuple italien ! Amis de tous, valets de personne », a-t-il écrit sur son compte Twitter. « Soit elle présente ses excuses, soit elle démissionne », a-t-il également déclaré au quotidien Il Corriere della Sera. (23 septembre 2022)

La Finlande va bloquer l’entrée des Russes avec des visas de tourisme

Helsinki – La Finlande a annoncé vendredi limiter « significativement » l’entrée des citoyens russes sur son sol, en refusant désormais l’accès à ceux disposant de visas de tourisme d’un pays européen de l’espace Schengen.

Le pays nordique, qui voit augmenter les entrées de Russes à sa frontière terrestre depuis l’annonce par Moscou d’une mobilisation de réservistes pour la guerre en Ukraine, s’aligne ainsi de facto sur la décision prise début septembre par la Pologne et les trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), les quatre autres pays de l’Union européenne frontaliers de la Russie.

« Après la décision du gouvernement, son entrée en vigueur peut être très rapide », a déclaré le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto, sans toutefois donner de date.

« Ceux qui franchissent la frontière avec un motif touristique seront empêchés d’entrer. Il devra y avoir une autre raison », a-t-il expliqué. (23 septembre 2022)

Drogue : séminaire européen à Athènes consacré à la lutte contre les trafics dans l’Europe du Sud-Est

Paris – Tous les acteurs européens engagés dans la lutte contre les trafics de stupéfiants en Europe du Sud-Est, dite Europe balkanique, se retrouvent mardi et mercredi à Athènes pour un séminaire destiné à renforcer leur coopération policière.

Ce séminaire, qui se déroulera à huis clos, est organisé à l’initiative de la Direction de la coopération internationale de sécurité (DCIS) du ministère français de l’Intérieur.

Cette plaque tournante du trafic international de stupéfiants se décompose en trois modes d’acheminement selon le type de drogue.

Il y a la « voie balkanique de l’héroïne afghane qui est acheminée par les organisations criminelles albanophones et turcophones ».

La « voie balkanique de la cocaïne sud-américaine, massivement importée par les organisations criminelles slavophones connues sous l’appellation +Balkan Cartel+ ».

Et enfin, la « zone de production et d’exportation du cannabis » en Albanie, premier producteur européen. (25 septembre 2022)

Cette compilation est une sélection éditoriale basée sur la couverture Europe de l’AFP. La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à l’AFP. Elle est publiée le lundi et le jeudi.