Prix du gaz : Paris et Madrid vent debout contre la Commission européenne

Madrid – Le gouvernement espagnol a accusé mercredi la Commission européenne de se « payer la tête du monde » avec une proposition de plafonnement du prix du gaz assortie de conditions drastiques et jugée inapplicable, tandis que Paris a dénoncé un « affichage politique ».

A la dernière minute, la Commission « nous présente cette proposition, qui n’en est pas une », a déclaré à la presse la ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, qualifiant de « plaisanterie » le mécanisme souhaité par Bruxelles.

« A l’opposé de l’effet recherché, elle va provoquer une augmentation plus importante des prix, mettant en péril toutes les politiques de maîtrise » de l’inflation, a poursuivi la ministre.

A sa suite, le ministère français de la Transition énergétique a critiqué un dispositif « insuffisant, qui ne répond pas à la réalité du marché ».

« Il faut que la Commission propose un texte opérationnel, pas simplement un texte qui fait de l’affichage politique et qui peut avoir potentiellement des effets pervers ou nuls », a tancé le cabinet d’Agnès Pannier-Runacher. (23 novembre 2022)

Charles Michel (UE) en Chine le 1er décembre pour une rencontre avec Xi Jinping

Bruxelles – Le président du Conseil européen Charles Michel a annoncé jeudi qu’il se rendrait à Pékin le 1er décembre pour une rencontre avec le président chinois Xi Jinping.

« Nous discuterons des défis mondiaux ainsi que de sujets d’intérêt commun », a précisé dans un message sur Twitter le chef de l’instance représentant les 27 pays membres de l’UE.

Cette rencontre intervient dans un contexte d’intenses discussions entre Européens sur la façon de se positionner face à la Chine, et de trouver leur propre voix au-delà des tensions croissantes entre Washington et Pékin.

Charles Michel doit composer d’un côté avec un pays comme l’Allemagne, qui a d’importants intérêts économiques en Chine, et d’autres Etats membres comme la Lituanie, qui s’est attirée la colère de Pékin en établissant des liens avec Taïwan, considéré par la Chine comme partie intégrante de son territoire. (24 novembre 2022)

Kosovo : accord mettant fin à une querelle sur des plaques minéralogiques (Borell)

Bruxelles – Le Kosovo et la Serbie ont convenu mercredi des mesures à prendre pour apaiser les tensions sur les plaques minéralogiques, a annoncé le chef de la diplomatie de l’Union européenne Joseph Borell.

Des passants serbes traversent une rue sous les drapeaux nationaux serbes à Mitrovica, au Kosovo, le 22 novembre 2022.
(Photo Armend NIMANI / AFP)

« Je suis ravi d’annoncer que les négociateurs (kosovar et serbe, NDLR) ont convenu, sous l’égide de l’UE, des mesures pour éviter une nouvelle escalade », a tweeté Joseph Borell.

La Serbie et le Kosovo vont se pencher désormais sur la proposition de l’UE concernant les moyens de normaliser leurs relations, a-t-il précisé.

Le différend concerne quelque 10.000 membres de la minorité serbe du Kosovo dont les véhicules sont munis de plaques émises par la Serbie.

Le Premier ministre kosovar Albin Kurti a décrété qu’elles devaient être remplacées par étapes d’ici à avril par des plaques de la République du Kosovo et entendait imposer des amendes de 150 euros aux contrevenants. (24 novembre 2022)

Paradis fiscaux : la justice européenne freine la transparence et suscite un tollé

 Bruxelles – Une décision de la justice européenne limitant la transparence des données financières, au nom du respect de la vie privée, a provoqué mercredi de vives critiques des ONG qui dénoncent un coup porté à la lutte contre les paradis fiscaux.

La Cour de justice de l’UE a invalidé mardi une disposition d’une directive européenne anti-blanchiment qui rendait accessible au grand public les informations sur les bénéficiaires effectifs des sociétés basées dans les États membres.

Cette disposition a conduit des pays comme le Luxembourg à mettre en ligne un registre permettant à chacun de trouver l’identité des personnes se cachant derrière des montages économiques opaques.

Selon l’arrêt de la CJUE, basée à Luxembourg, cette mesure « n’est ni limitée au strict nécessaire ni proportionnée à l’objectif poursuivi », celui de prévenir le blanchiment de capitaux.

« Alors qu’il n’y a jamais eu autant d’argent sale en circulation, cette décision porte un coup à l’une des mesures de transparence financière les plus importantes des vingt dernières années », a estimé Patrick Lefas, président de Transparency International France. (23 novembre 2022)

Justice : l’UE lève son contrôle renforcé sur la Roumanie

Bruxelles – La Commission européenne a décidé mardi de lever sa surveillance renforcée de la Roumanie en matière de justice et de lutte anticorruption, jugeant « suffisants » les progrès réalisés par ce pays depuis son adhésion à l’UE en 2007.

Depuis cette date, la Roumanie était sous la loupe de l’exécutif européen dans le cadre d’un « Mécanisme de coopération et de vérification », destiné à évaluer ses progrès sur l’efficacité et la transparence du système judiciaire, ainsi que la prévention et la lutte contre la corruption. 

Ce dispositif, prévoyant des rapports réguliers et recommandations de la Commission, avait été instauré lors de l’entrée dans l’UE de la Roumanie et de la Bulgarie voisine, pour remédier aux lacunes des deux anciens pays communistes dans ces domaines. La surveillance renforcée de la Bulgarie a été levée en octobre 2019. (22 novembre 2022)

Cette compilation est une sélection éditoriale basée sur la couverture Europe de l’AFP. La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à l’AFP. Elle est publiée le lundi et le jeudi.