« Je suis heureux d’être ici aujourd’hui et de vous voir », a déclaré lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky en remettant des médailles aux troupes de combat à proximité du front de l’Est lors d’une cérémonie près de la ville de Koupiansk, dans la région de Kharkiv durement touchée par la guerre.

Cependant, depuis des mois, la dynamique ukrainienne sur le champ de bataille est au point mort. Zelensky a récemment remplacé une grande partie de l’état-major militaire, dans le remaniement le plus important depuis le début de la guerre. Il s’est notamment séparé du populaire commandant en chef de l’armée, le général Valery Zaloujny, à qui l’on attribue le succès retentissant de l’armée ukrainienne dans sa résistance à une armée russe beaucoup plus puissante au début de la guerre, ce qui est considéré comme le signe de la première scission sérieuse au sein du pouvoir. En outre, un projet de loi controversé en cours d’examen au Parlement prévoit des sanctions plus sévères pour les réfractaires et abaisse l’âge de conscription. L’armée affirme avoir besoin d’un demi-million de personnes pour renforcer ses rangs en déclin et donner du répit aux troupes de première ligne épuisées.

En outre, les forces ukrainiennes se sont retirées ce week-end d’Avdiïvka, une ville de la région de Donetsk qui avait été âprement disputée. Avdiïvka était devenue un nouveau symbole de la résistance ukrainienne lors de l’assaut des forces de Moscou contre la ville, qu’elles tentaient de prendre depuis le début d’une rébellion soutenue par la Russie dans l’est de l’Ukraine en 2014. Mais les Ukrainiens, sous-armés et inférieurs en nombre, ont finalement été contraints de se retirer de la ville en ruine, où il restait moins de 1 000 civils sur une population d’avant-guerre d’environ 30 000 habitants.

La conquête de la ville par les troupes russes n’a peut-être pas d’importance stratégique, mais elle pourrait être exploitée par le Kremlin à des fins de propagande à l’approche de l’élection présidentielle russe de mars, selon les experts de l’Institut américain pour l’étude de la guerre.

La dernière fois que l’Ukraine a dû céder une ville, c’était après la bataille de Bakhmout au printemps 2023, une bataille qui a également duré des mois.

Pour les experts, seul un soutien accru de l’Occident à l’Ukraine peut inverser la dynamique

Après deux ans de guerre en Ukraine, il n’y a aucune perspective de négociations pour parvenir à une avancée décisive, alors que le président russe Vladimir Poutine, enhardi par l’érosion du soutien occidental à Kiev, se prépare à un conflit long. Les analystes et les diplomates affirment que 2024 sera une nouvelle année de guerre, parce que l’Ukraine est déterminée à continuer de se battre pour reconquérir son territoire, tandis que Poutine ne se contentera que de la capitulation totale de Kiev.

Le blocage par les Républicains de l’aide militaire américaine et l’incapacité de l’Europe à augmenter suffisamment rapidement ses livraisons d’armes contribuent à un sentiment d’incertitude et de morosité à Kiev.

Dans le but de renforcer le soutien des partenaires européens, Zelensky a récemment rendu visite aux dirigeants de Paris et de Berlin et a signé des accords de sécurité avec les deux capitales. Un mois auparavant, le président ukrainien avait conclu un accord avec le Royaume-Uni et est actuellement en pourparlers avec l’Italie. Il a appelé le Congrès américain à approuver un programme d’aide militaire actuellement au point mort, lors d’une réunion avec la vice-présidente américaine Kamala Harris à la Conférence sur la sécurité de Munich.

De l’autre côté, Poutine a fait des déclarations de plus en plus optimistes, déclarant en décembre que l’Ukraine « n’a pas d’avenir » et – dans une récente interview avec l’animateur controversé d’un talk-show américain de droite Tucker Carlson – qu’une défaite stratégique de la Russie est « » impossible par définition ».

Les dirigeants européens reconnaissent de plus en plus que si on laisse Poutine gagner en Ukraine, il pourrait alors être tenté de mettre à l’épreuve les défenses de l’OTAN. « Nous sommes confrontés à un ‘problème russe’ et pour nous, c’est un défi énorme », a déclaré le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell. Le président français Emmanuel Macron a averti le mois dernier que la priorité de l’Europe devait être de ne pas « laisser la Russie gagner ».La sécurité et le soutien militaire sont actuellement les plus importants, a déclaré le secrétaire d’État slovène au ministère de la Défense, Damir Črnčec, lors d’une récente table ronde organisée par le Centre pour l’avenir européen.

Lors de la conférence sur la sécurité de Munich, la Première ministre danoise Mette Frederiksen a déclaré : « Nous devons veiller à ce que samedi, jour du deuxième anniversaire du conflit, l’Ukraine reçoive davantage de livraisons. Livraisons spécifiques sur le terrain. Il s’agit de munitions, d’artillerie, de missiles à longue portée, de drones et bien plus encore pour la coalition d’avions F-16. » Elle a également déclaré que les paroles seules n’apporteraient pas de solution.

Selon les analystes, seule une augmentation drastique du soutien occidental à l’Ukraine, alors que celle-ci est à court de munitions, peut modifier la dynamique. « C’est une course des deux côtés pour reconstruire leur capacité offensive », a déclaré Andrea Kendall-Taylor, chercheuse principale au Center for New American Security (CNAS), basé à Washington. « Si le financement occidental n’arrive pas, si la Russie obtient un certain avantage, alors elle aura la possibilité de réaliser des gains supplémentaires », a-t-elle déclaré. « La dynamique a changé. »

« Le gouvernement bulgare et la majorité parlementaire bulgare continueront à soutenir l’Ukraine et son peuple, tant par le biais d’efforts nationaux que par le biais de formes de coopération internationale et des structures de l’UE et de l’OTAN, aussi longtemps que nécessaire », a déclaré le Premier ministre bulgare Nikolaï Denkov à Paris, le 21 février. 

Tensions à la frontière Pologne-Ukraine

Signe d’une possible désunion croissante en Europe dans sa position de soutien à l’Ukraine à tout prix, les agriculteurs polonais ont tenté de bloquer des camions transportant des céréales ukrainiennes. Leur mécontentement est dirigé contre la politique agricole de l’UE, mais aussi contre l’importation de produits agricoles bon marché en provenance d’Ukraine.

Les routes vers la Pologne, membre de l’UE, ont été une bouée de sauvetage pour les exportations de l’Ukraine, qui dépend également de l’aide militaire occidentale importée transitant par la Pologne. Zelensky a appelé le gouvernement polonais à une réunion pour résoudre le problème.

La Pologne est l’un des plus fervents partisans de l’Ukraine dans la guerre et le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré jeudi que les postes frontaliers avec l’Ukraine voisine seraient considérés comme des « infrastructures critiques » pour garantir le passage de l’aide vers ce pays déchiré par la guerre. Tusk a refusé de rencontrer les dirigeants ukrainiens à la frontière, mais une réunion aura lieu le 28 mars à Varsovie.

 UE : Maintenir « la pression élevée sur le Kremlin » et une économie russe résiliente

L’Union européenne a imposé des sanctions sans précédent à la Russie au cours des deux années de guerre et a jusqu’à présent inscrit quelque 2 000 responsables et entités sur sa liste noire. Mercredi, l’UE a accepté une nouvelle série de sanctions contre la Russie, après avoir récemment approuvé un nouveau programme d’aide de 50 milliards d’euros à l’Ukraine. Saluant cette décision, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré sur X que la dernière salve de sanctions maintient « la pression élevée sur le Kremlin ».

 Les représentants de l’UE à Bruxelles ont approuvé le paquet, qui cible des personnes et des organisations liées au gouvernement russe et à l’invasion russe. Près de 200 personnes ont été incluses dans le 13e paquet, a déclaré le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell. Le paquet comprend également des mesures visant à lutter contre le contournement des sanctions, a-t-il ajouté.

Les dernières mesures visent l’accès de l’industrie d’armement russe aux composants nécessaires à la fabrication de drones, ont déclaré des diplomates européens. Les entreprises de l’UE ne seraient pas autorisées à vendre à la Russie des biens et des technologies ayant des applications militaires. L’accord sur les sanctions est désormais soumis aux capitales européennes pour approbation juridique finale. Les personnes et organisations concernées seront ensuite répertoriées au Journal officiel de l’UE et les sanctions doivent prendre effet samedi.

Malgré les mesures qui la visent, l’économie russe est restée résiliente et le Kremlin a réussi à augmenter sa production militaire.

Selon une analyse du Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA) partagée avec CNN, la Russie a réalisé l’année dernière un montant record de 37 milliards de dollars de ventes de pétrole brut à l’Inde, raffiné puis exporté vers les États-Unis sous la forme de produits pétroliers d’une valeur de plus d’un milliard de dollars. Les recettes du Kremlin au niveau fédéral ont atteint le niveau record de 320 milliards de dollars en 2023 et devraient encore augmenter.

Mais une des raisons d’un certain optimisme en Occident pourrait provenir des faiblesses intérieures de la Russie. Alors que son économie est fermement sur le pied de guerre, la population montre des signes de lassitude face à la durée du conflit et elle a subi des pertes astronomiques. 

Les pertes restent enveloppées dans le secret

Le coût humain de la guerre en Ukraine, deux ans après l’invasion russe, se chiffre en centaines de milliers de personnes, mais le bilan exact est inconnu, les deux parties gardant secrètes leurs pertes et la Russie dissimulant les morts de civils dans les zones qu’elle a conquises.

Le service russe de la BBC et le média en ligne russe Mediazona ont déclaré le 21 février avoir confirmé l’identité d’environ 45 000 soldats russes morts en Ukraine depuis le début de l’invasion. Ce bilan ne comprend que les noms des soldats publiquement identifiés dans des données open source – principalement des nécrologies – et précise que le bilan réel pourrait être deux fois plus élevé.

L’armée ukrainienne a estimé le 20 février avoir tué ou blessé plus de 405 000 soldats russes depuis l’invasion. En décembre 2023, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que ses troupes avaient tué ou blessé 383 000 soldats ukrainiens.

Lundi à Genève, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a déclaré qu’au moins 23 000 personnes étaient portées disparues en Ukraine et que leur sort n’était toujours pas clair. Il se peut qu’elles aient été arrêtées, enlevées ou soient mortes – ou que leurs proches aient perdu leur trace lorsqu’elles fuyaient le conflit, a indiqué le CICR.

Fin janvier, le CICR avait aidé 8 000 familles russes et ukrainiennes à obtenir des informations sur le sort de leurs proches portés disparus, a rapporté l’organisation.

Cet article est publié chaque semaine. Le contenu est basé sur les informations des agences participant à l’ENR