Bruxelles – « Les mesures proposées (par la Hongrie) pour remédier à la situation sont en principe de nature à répondre aux problèmes identifiés, si elles sont correctement traduites dans des lois et mises en œuvre en conséquence », a estimé le commissaire européen au Budget Johannes Hahn.

La Commission européenne a déclenché en avril à l’encontre de la Hongrie une procédure jamais utilisée jusque-là, qui peut conduire à suspendre des financements européens dont l’utilisation est menacée par des atteintes aux principes d’Etat de droit.

Pour la Hongrie de Viktor Orban, la Commission cite notamment des « irrégularités » et « carences » dans les procédures de passation de marchés publics, la proportion « anormalement » élevée de candidatures uniques pour ces contrats, le manque de contrôle des conflits d’intérêt et de poursuites judiciaires en cas de soupçons de fraude. (18 septembre 2022)

Varsovie s’opposera à « toute démarche » de l’UE visant à priver la Hongrie de fonds européens

Varsovie – La Pologne a assuré dimanche qu’elle s’opposerait à « toute démarche » de Bruxelles visant à priver la Hongrie de 7,5 milliards d’euros de financements européens en raison de risques de corruption dans ce pays.

« La Pologne va s’opposer de toute force à toute démarche des institutions européennes visant à priver de fonds un pays membre, en l’occurrence la Hongrie, de manière absolument non autorisée », a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki à la presse.

Le chef du gouvernement nationaliste-populiste polonais, lui aussi en conflit avec Bruxelles qui l’accuse de non-respect de l’Etat de droit, a rappelé que son homologue et allié hongrois Viktor Orban avait déjà préparé « un projet d’accord avec la Commission européenne ». (18 septembre 2022)

Gel des avoirs russes : un commissaire européen épingle l’inaction de la Hongrie

Bruxelles – L’UE a gelé 14,5 milliards d’avoirs de personnalités russes dans le cadre des sanctions adoptées en réponse à la guerre en Ukraine, mais plusieurs pays, dont la Hongrie, n’ont pas contribué à l’effort, a affirmé dimanche un commissaire européen.

« On doit faire une pression très forte » sur la Hongrie, car « on peut supposer que (s)es liens très proches avec la Russie, l’empêchent peut-être d’agir », a déclaré le commissaire européen à la Justice Didier Reynders, dans une interview à la chaîne de télévision LCI.

La Hongrie a gelé « un peu plus de 3.000 euros » d’avoirs russes, a-t-il précisé.

Le Premier ministre nationaliste Viktor Orban a tissé ces dernières années des liens étroits avec le président russe Vladmir Poutine et cette collaboration a été maintenue malgré l’invasion russe de l’Ukraine, dans le domaine du gaz et du nucléaire notamment. (18 septembre 2022)

Ukraine : la présidence de l’UE réclame un tribunal spécial pour Izioum, les combats continuent

Des militaires ukrainiens recherchent des mines sur un site funéraire dans une forêt à la périphérie d’Izioum, dans l’est de l’Ukraine, le 16 septembre 2022. Selon les responsables ukrainiens, quelque 450 tombes ont été découvertes sur un seul site près d’Izioum, après la reprise de la ville aux forces russes (Photo Juan BARRETO / AFP)

Koupiansk (Ukraine) – La présidence tchèque de l’UE a appelé samedi à la création d’un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d’Izioum, ville reprise aux Russes dans l’est de l’Ukraine, où les combats continuent.

« Au XXIe siècle, de telles attaques contre la population civile sont impensables et odieuses », a déclaré samedi sur Twitter le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne. « J’appelle à la création rapide d’un tribunal international spécial ». 

Les autorités ukrainiennes ont fait état vendredi de « 450 corps de civils portant des traces de mort violente et de torture » enterrés dans un bois à la périphérie d’Izioum. (17 septembre 2022)

Tensions sur les engrais : l’UE veut lever des droits de douane et gonfler son offre

Prague – Levée de droits de douane, diversification des approvisionnements, soutien à la production dans l’UE : les ministres européens de l’Agriculture examinaient vendredi à Prague des mesures pour remédier au manque critique d’engrais en raison de la guerre en Ukraine.

Les prix des engrais de synthèse (à base d’azote, de phosphore ou de potasse) ont triplé depuis un an et demi, à la suite des perturbations de l’offre de la Russie, qui en était le premier exportateur mondial, et de la flambée des cours du gaz, essentiel pour leur fabrication.

Pour maintenir leur rentabilité, des fabricants européens ont arrêté leur production d’ammoniac (à partir de gaz naturel), au risque de menacer les rendements agricoles de 2023.

La Commission européenne propose de lever les droits de douane sur l’importation d’ammoniac et d’urée, « pour aider les producteurs d’engrais et faire retomber les prix », selon le commissaire à l’Agriculture Janusz Wojciechowski. Les Vingt-Sept se prononceront formellement sur cette idée le 26 septembre à Bruxelles. (16 septembre 2022)

Cette compilation est une sélection éditoriale basée sur la couverture Europe de l’AFP. La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à l’AFP. Elle est publiée le lundi et le jeudi.