Deux organisations patronales des services de l’automobile, les fédérations française Mobilians et allemande Zentralverband Deutsches Kraftfahrzeuggewerbe (ZDK) « soutiennent fondamentalement » l’intention de l’UE d’atteindre les objectifs climatiques, mais considèrent que les voitures électriques seules « ne suffisent pas à y parvenir », alors qu’elles doivent être les seules en vente en 2035. 

Elles plaident dans leur déclaration pour « un mix de solutions, parmi lesquelles les carburants alternatifs ou synthétiques », notamment soutenus par les constructeurs allemands mais aussi par les Français Stellantis et Renault.

Du côté de l’électrique, « le plus grand obstacle » pour son développement en Europe « reste le scepticisme des clients », selon les fédérations.

Les voitures restent chères, il n’y a pas assez de bornes et il faudrait subventionner au niveau européen tant l’achat des voitures que l’installation de bornes électriques.

La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à AFP.