Madrid – La dirigeante de l’extrême droite Marine Le Pen, qui s’exprimait dimanche à Madrid lors d’un rassemblement d’une dizaine de partis souverainistes européens, a dénoncé ce qu’elle a appelé « la submersion migratoire » de certaines régions en France.

« Nous sommes, tous ensemble, dans la dernière ligne droite pour faire du 9 juin prochain un jour de délivrance et d’espérance », a lancé l’ex-présidente du Rassemblement national (RN), crédité d’environ 30% d’intentions de vote.

Elle a accusé les responsables de l’UE de vouloir « la disparition des frontières » européennes.

« Des zones entières de mon pays, la France, sont livrées à la submersion migratoire et échappent aujourd’hui à l’autorité de l’État », a-t-elle insisté.

« Sur ce sujet, l’Union européenne ne fait rien. Pire : elle l’organise avec le fameux pacte sur l’asile et l’immigration » récemment adopté par les 27. Et après les élections « il sera temps d’entamer la réorientation de l’Union européenne », a-t-elle poursuivi. (19.05.2024)

La responsabilité éditoriale de cette publication incombe à AFP.