Paris – Illustration de l’extraordinaire incertitude dans laquelle est plongé le continent, les prix de gros de l’électricité pour 2023 en Allemagne et en France ont atteint des sommets jamais vus vendredi, à respectivement 995 euros et plus de 1.100 euros le mégawattheure (MWh), contre environ 85 euros il y a un an.

Plusieurs causes sont à l’origine de cette explosion, à commencer par le tarissement du gaz russe vers les pays qui soutiennent l’Ukraine. Or 20% de l’électricité européenne est généré par des centrales au gaz. Le gaz se faisant plus rare, son prix est également à des niveaux records.

La France, longtemps fière de son parc nucléaire, est très fragilisée par l’abaissement de ses capacités de production d’électricité dû à « l’indisponibilité » de centrales. (26 août 2022)

L’Autriche réclame un bouclier tarifaire européen pour l’électricité

Vienne – Le chancelier autrichien Karl Nehammer a appelé dimanche l’Union européenne (UE)à « découpler le prix de l’électricité de celui du gaz » pour le faire baisser, et affirme que ce sujet est sur la table d’une prochaine réunion d’urgence.

« Le prix de l’électricité doit baisser » et « il ne faut pas laisser chaque jour Poutine » décider à la place des Européens, a indiqué le chef conservateur du gouvernement dans un communiqué.

« Nous devons arrêter cette folie qui sévit actuellement sur les marchés de l’énergie », a ajouté M. Nehammer, affirmant que cela n’était possible que dans un cadre européen et non uniquement national.

Le Premier ministre tchèque, Petr Fiala, dont le pays assure la présidence de l’UE, a annoncé vendredi que son pays convoquerait une réunion d’urgence des ministres de l’Énergie. (28 août 2022)

Serbie et Kosovo concluent un « accord de libre circulation » pour désamorcer les tensions (UE)

Bruxelles – La Serbie et le Kosovo ont conclu samedi « un accord sur la liberté de circulation » entre les deux pays, après le regain de tensions suscité par de nouvelles règles frontalières et administratives imposées par Pristina, a annoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Cet accord ne résout pas la question des plaques d’immatriculation des voitures des Serbes du Kosovo, dont le changement pour des plaques kosovares exigé par Pristina avait provoqué un accès de violence en juillet.

A la suite des négociations pilotées par l’UE, Pristina consent à ne pas introduire au 1er septembre des permis de séjour pour les personnes entrant au Kosovo avec une carte d’identité serbe, a indiqué M. Borrell sur Twitter, assurant avoir « reçu des garanties » du Premier ministre kosovar.

En échange, Belgrade a accepté de supprimer le permis de séjour imposés aux visiteurs détenteurs d’une carte d’identité kosovare pour entrer en Serbie. (27 août 2022)

Fermer la porte aux touristes russes: les Européens en mal d’unité

Bruxelles – Interdire l’Europe aux touristes russes ou en limiter drastiquement l’accès pour les punir de la guerre en Ukraine : le débat agite la rentrée de l’UE, divisée sur cette sanction réclamée par Kiev.

La question sera discutée par les ministres européens des Affaires étrangères mardi à Prague, les pays les plus offensifs (Pays baltes, Pologne et Finlande) souhaitant une position commune des Vingt-Sept sur cette mesure, qui serait inédite dans l’histoire de l’UE.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les Occidentaux à fermer leurs frontières aux Russes qui doivent « vivre dans leur propre monde jusqu’à ce qu’ils changent de philosophie ». 

Pour le chancelier allemand, Olaf Scholz, cela pénaliserait « tous les gens qui fuient la Russie parce qu’ils sont en désaccord avec le régime russe ».

Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a lui estimé qu' »interdire à tous les Russes d’entrer en Europe n’est pas une bonne idée ». 29 août 2022)

UE : des juges contestent en justice le feu vert au plan de relance polonais

Bruxelles – Les quatre principales organisations européennes de magistrats ont saisi dimanche la justice de l’UE pour faire annuler le feu vert des Vingt-Sept au plan de relance polonais, accordé en juin en dépit des manquements reprochés à Varsovie en matière d’indépendance de la justice.

Les conditions fixées à la Pologne pour débloquer le versement des fonds européens « sont en-deçà de ce qui est nécessaire pour assurer une protection efficace de l’indépendance des juges et du pouvoir judiciaire, et ne tiennent pas compte des arrêts de la Cour de justice de l’UE », ont estimé ces groupes de juges dans un communiqué commun.

Ces organisations (Association des juges administratifs européens, Association Européennes des Juges, Rechters voor Rechters, Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés) ont déposé un recours devant la CJUE pour annuler la décision des Etats et « empêcher le déblocage des fonds de l’UE » à la Pologne. (28 août 2022)